NEWS


Rejets en mer près de Cassis : la vidéo polémique

A quelques mètres sous l'eau, un nuage noirâtre s'échappe de la canalisation, attirant tous les petits poissons de la baie. Le plongeur en apnée se pince le nez devant le tuyau qui déverse une nuée peu ragoûtante. "Macro-déchets, détritus en tout genre, matière fécale...", décrit le commentateur d'une vidéo publiée en ligne cette semaine, et largement partagée sur le web. 

 

Cassis : "Tout ce qu'on jette aux chiottes finit dans les Calanques" 

Son auteur ? "Nox Diving", pseudonyme d'un artisan de la région, fondateur d'une association spécialisée en images subaquatiques. Sa dernière production fait grand bruit à Cassis, commune touristique des Bouches-du-Rhône, dans le Parc national des Calanques. Il a tourné ces images pendant le week-end de Pâques, à une centaine de mètres des côtes. "On partait photographier la Grotte à corail quand on est tombé sur la canalisation de la station d'épuration qui sort à cinq ou six mètres de profondeur", raconte l'apnéiste. "L'odeur était insupportable et on a constaté que l'émissaire déversait des particules douteuses." Une bien mauvaise publicité pour l'ouverture de la saison. D'autant que le Parc national est une zone protégée, soumise à des normes rigoureuses de respect de l'environnement. Rapidement, la ville de Cassis communique pour dénoncer "une fausse vidéo" réalisée " à des fins de propagande politique".


Stage découverte/initiation de L’apnée sur la côte Basque les 28 et 29 mai 2016.

Suite à ce résultat encouragent, nous avons décidé de renouveler ce stage.

Les dates ont été fixées, le week-end du 28 et 29 mai 2016.

Que vous soyez débutant ou envie de découvrir, nous vous accueillerons.

Vous allez apprendre à compenser, vous propulser, vous préparer pour vos apnée et préparer vos sorties en sécurité.

Vous allez aussi découvrir les différents ateliers que nous pouvons pratiquer en apnée, du dynamique à la descente en poids variable.

Pour les modalités d’inscription ou pour divers renseignements, vous pouvez nous contacter soit par téléphone soit par mail urpekokirolak@gmail.com.

Toutes les informations de contacts sont sur l’affiche.

Venez nombreux, nous vous attendons!!!!

Un petit lien sur la précédente édition:

http://urpeko-kirolak.blogspot.fr/2015/06/stage-apnee-du-duk-2015.html

A vos palmes !!!! »


Un immense calamar

Au Japon, un calamar géant de 4 mètres de long émerveille scientifiques et promeneurs  (à voir dans la vidéo ci-dessous) :.


Il survit à un harpon dans le crâne


 

 

 

Un adolescent de 16 ans a survécu après avoir été transpercé par un harpon lors d'un accident de pêche à Miami en Floride. 

Grâce à une perceuse et à de fortes pinces, les chirurgiens du Jackson Memorial Hospital de Miami ont réussi à sauver la vie de Yasser Lopez, un adolescent de 16 ans. Le jeune homme a eu la tête transpercée par un harpon de 90 cm de long lors d'une sortie de pêche sous-marine. Son ami de 15 ans a tiré par erreur en rechargeant son fusil harpon Cressi Sub SL, et la flèche est entrée dans la tête par le front, 5 cm au-dessus de son œil droit.

Le jeune homme était encore conscient quand les secouristes l'ont amené aux urgences de l'hôpital de l'université de Miami, mais ils ont dû le mettre sous sédatif quand il a commencé à s'agiter et à montrer des signes d'inquiétude en arrivant au bloc opératoire.

Audiogramme du cerveau de l'adolescent avant l'opération.  

Les zones vitales épargnées

La difficulté fut de sortir la flèche du crâne sans que les barbelures du harpon ne se déploient et n'abîment encore plus le cerveau. Par chance, l'accident n'avait provoqué aucune hémorragie importante. La solution fut donnée par la famille, qui précisa aux médecins que la pointe en inox du harpon pouvait se dévisser. Ce qui put être fait en élargissant à la perceuse les trous d'entrée et de sortie du projectile.

Deux semaines après l'opération, Yasser Lopez récupère étonnamment bien. L'accident n'a endommagé aucune zone vitale dans le côté droit de son cerveau, et les dégâts ont été limités par le fait que l'épaisseur du crâne a dû grandement ralentir la vitesse du projectile avant qu'il ne rentre dans le cerveau. L'adolescent a tout de même beaucoup de mal à contrôler les mouvements du côté gauche de son organisme, mais il est capable de marcher. Il est aussi capable de faire de courtes phrases.

Sa rééducation à l'hôpital va encore prendre deux à trois mois, et ses médecins espèrent que, grâce à son jeune âge, il pourra récupérer presque complètement.


Hérault : un requin de sept mètres filmé entre Palavas et Frontignan :

Trois amis qui naviguaient samedi 26 mars en Méditerranée, entre Palavas et Frontignan, ont observé et filmé depuis leur bateau un requin pèlerin de sept mètres. Une image rare. 

L'instant est rare, et pour le moins insolite. Alors qu'ils naviguaient à une dizaine de kilomètres au large, entre Palavas et Frontignan, trois amis ont croisé la route d'un requin de sept mètres. Pendant plusieurs minutes, l'animal a tourné autour de leur embarcation, à quelques dizaines de centimètres sous la surface de l'eau. Un moment qu'ils ont eu le temps d'immortaliser dans une vidéo, filmée avec leur téléphone portable et authentifiée par l'association héraultaise Ailerons. 

TROIS OBSERVATIONS SEULEMENT EN 2015 EN MÉDITERRANÉE

Selon cette association héraultaise de défense du milieu marin, il s'agit d'un requin pèlerin. Une espèce rare qui peut atteindre jusqu'à douze mètres, placée sur la liste des espèces vulnérables face à l'extinction par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature. 

"Seuls trois requins pèlerins ont été observés en 2015 en Méditerranée, explique le biologiste marin et président de l'association Mathieu Lapinski. Ils sont plus régulièrement observés en Atlantique et dans la Manche, mais leur nombre ne cesse de diminuer. C'est la raison pour laquelle il est essentiel de signaler la moindre nouvelle apparition". 

Pas de remake des dents de la mer

Si cette rencontre est pour le moins exceptionnelle, elle ne présente aucun danger pour l'homme. "Les requins en général ne sont pas dangereux, ce sont les situations dans lesquelles ils croisent les hommes qui peuvent le devenir. Mais dans le cas d'un requin pèlerin, le risque est nul puisqu'il ne se nourrit que de plancton". 

La prochaine fois que vous sortirez en mer, surveillez donc les ailerons, car le requin en question pourrait bien rester quelque temps dans les parages. 

http://www.midilibre.fr/2016/03/30/herault-un-requin-de-sept-metres-filme-entre-palavas-et-frontignan,1308634.php

 

Un adolescent meurt lors d'une partie de chasse sous-marine

Partie de pêche dramatique à Moorea. Dimanche, un jeune homme a fait un malaise et s'est noyé.

Le jeune homme s'était rendu du côté de la passe de Haapiti à Moorea © Google Maps
© GOOGLE MAPS Le jeune homme s'était rendu du côté de la passe de Haapiti à Moorea
Un adolescent de 14 ans a perdu la vie dimanche en fin d'après-midi à Moorea lors d'une partie de chasse sous-marine. La victime était partie pêcher en compagnie de son beau-frère du côté de la passe de Haapiti. Le jeune homme aurait fait une syncope et se serait noyé. Vers 17h, le corps du jeune a été ramené à terre et la famille l'a transporté à l'hôpital d'Afareiatu. Les pompiers de Haapiti ont été contactés à ce moment-là, mais il était déjà trop tard. Le jeune homme était originaire de Moorea.

Devenez testeur pour OMER


OMER lance une opération inédite : devenez TESTEUR OMER !

A l’occasion de la sortie de la nouvelle combinaison Mix 3D², réalisée dans un nouveau néoprène, plus résistant, plus souple, et d’une qualité supérieure, nous cherchons 10 TESTEURS OMER.

Ces TESTEURS OMER vont recevoir début avril 2016 la nouvelle combinaison Mix 3D² en échange de poster tous les 15 jours entre avril et fin juin 2016 un commentaire sur leur page Fb, site, forum, accompagné d’une vidéo ou de photos, soit 6 publications au total.

A l’issue de cette période et de ces commentaires, cette combinaison Mix3D² deviendra leur propriété.

Les TESTEURS OMERS seront sélectionnés parmi les inscrits en France métropolitaine et Corse.

Pour s’inscrire, il faut remplir le questionnaire téléchargeable sur le site Omer (http://www.omersub.com/fra/download_fra.asp), entre le 15 et le 30 mars 2016, et le renvoyer à omertesteur@omersub.it .
Rendez-vous début avril 2016 sur notre page Facebook Omersub France pour découvrir la liste des heureux élus !

La nouvelle combinaison Mix 3d² étant un modèle exclusivement masculin, nous chercherons des testeuses lors d’une prochaine édition…

L'équipe Omersub France

Lancement de l'observatoire Mérou-Corb FCSM


 

Le lancement de l'observatoire mérous & corb FCSMP représente un des projets les plus ambitieux de notre fédération. Cette démarche accompagne  l'opposition manifestée par la FCSMP contre la récente mise en place de moratoires concernant le corb et différentes espèces de mérous .  L'objectif est de collecter des données, à la fois qualitatives et quantitatives sur ces espèces afin  de contribuer à l'amélioration et à la clarification des connaissances sur l'état de leurs populations sur nos côtes. Le projet, bien sûr, s'adresse  à l'ensemble des pratiquants dont les observations quotidiennes représentent une source inestimable d'informations que FCSMP souhaite utiliser de façon objective dans son action de défense de leurs intérêts. 

Le contexte: Une démarche de constestation

Depuis le début du processus qui a mené à la mise en place de moratoires interdisant aux pêcheurs de loisir de prélever corb et mérous en Mediterranée française, la fcsmp s'est opposée à ces interdictions. Elle a proposé des mesures alternatives (mise en place de quotas et de période de repos biologique) qui n'ont pas été retenues. 

Le moratoire sur le corb  ne concerne que les pêcheurs de loisirs et il est fixé pour une durée de 5 ans.Le moratoire sur les mérous  ne concerne que les pêcheurs de loisirs sur le littoral corse. En Méditerrannée continentale, les prises professionelles réalisées à l'hameçon sont interdites. Ce moratoire est fixé pour une durée de 10 ans. Au terme de chacune de ces durées de 5 et 10 ans, une concertation entre scientifiques (le GEM), pêcheurs de loisirs et pêcheurs professionnels, gestionnaires des aire marines protégées, administrateurs, devra juger de l'opportunité ou non de prolonger le moratoire concerné.

Aujourd'hui, en compagnie de la fnppsf (fédération nationale des pêcheurs plaisanciers et sportifs de France), la fcsmp est engagée dans une démarche de recours contentieux contre les moratoires qui ont été déposés par nos avocats auprès des tribunaux administratifs de Marseille et de Bastia. Ces recours démontrent le caractère discriminant des moratoires ainsi que la faible  épaisseur  des données scientifiques qui ont étayé les décisions.  Tous les recours administratifs seront exploités s'il le faut. 

 

Les enjeux: Enrichir les connaissances, entretenir le débat contradictoire

Le GEM, groupe d'étude du mérou, est à la fois l'initiateur des ces moratoires et leur caution scientifique.

Malgrè de maigres études réalisées hors AMP, ile GEM a su convaincre l'administration du conseil de façade en avançant des chiffres alarmant:

  • le corb ne se reproduirait pas hors AMP, 
  • selon leurs estimations,  les populations de corbs et de mérous bruns respectivement, ne dépasseraient pas 15 000 individus en Méditerranée française. Des effectifs bien trop bas pour resister à la pression d'une pêche de loisir en pleine expension, même avec la mise en place de mesuresd'encadrement alterantives...

 

Le GEM a le mérite d'être la seule entité à s'être penchée sur la situation de ces deux espèces et avoir agi dans le sens de l'amélioration des connaissances de leur biologie et de leur population. Qu'ils aient raison ou tort dans dans leurs conclusions, il n'existe pas actuellement de matière exploitable pour étayer un débat contradictoire sur le sujet. C'est ce que souligne d'ailleurs Sandrine Ruiyyon dans le magazine Apnéa:

Que notre démarche juridique en cours aboutisse ou pas, nous serons quoi qu'il arrive amenés à débattre: les concertations seront reprises dans 5 et 10 ans, peut-être avant ... Mais si nous, pêcheurs de loisirs, n'avons pas de données concrètes à présenter, il n'y aura pas de débat ni de réflexion commune digne de ce nom.

Le succès des pêcheurs sentinelles, projet de sciences participatives Initié par le CPIE la Ciotat, montre que dans le monde scientifique les observations cumulées des usagers sont considérées aujourd'hui comme une source d'informations pertinente. Surtout dans une période où les manques de crédits ne permettent pas aux scientifiques de mener tous leurs projets. 

Partenaire initial de ce projet, nous pensons donc que la dynamique engendrée par les pêcheurs sentinelles dans le milieu de la chasse sous-marine représente un tremplin intéressant pour nous lancer, nous aussi, dans une action similaire:  En développant l'observatoire FCSMP mérous-corb , sans nous prendre pour les scientifiques que nous ne sommes pas, nous souhaitons structurer rationnellement les observations régulières effecuées par les chasseurs sous-marins afin de créer une base de données qui ait suffisament de sens et de poids pour étayer notre réflexion contestataire.

Du nombre de particpants actifs et de leurs observation dépendra le succès de cette action!

 

L'outil: Renseigner une ou plusieurs observations 
 

  • Accéder à sa page Observatoire
    Toute personne le souhaitant, peut particper à l'observatoire, qu'elle soit adhérente ou pas de l'association. Mais pour des raisons de gestion de la base donnée, il impératif de s'enregistrer sur le site fcsmp. Pour ce faire il suffit de cliquer sur l'onglet "Créer un nouveau compte" qui se trouve dans le bloc  "Utilisateur" à droite de la page. 

    Une fois enregistré, l'utilisateur peut accéder à sa page personnelle "Observatoire" en passant par l'onglet pêcher responsable. Sur cette page toutes les données sont personnelles et confidentielles. Personne à part vous ne peut visualiser vos observations !

 

  • Utiliser son interface 


    Quatre onglets sont à votre disposition:
    En cliquant sur les onglets Badèche (vert), Corb (jaune) ou Mérou (rouge) vous pouvez visualiser l'ensemble de vos observations pour chaque espèce de façon séparée.
    E
    n cas d'oubli, chaque observation est modifiable en cliquant sur le carré de couleur souhaité.

    En cliquant sur l'onglet ajouter une observation, vous ouvrez l'interface de renseignement. Si lors d'une sortie vous avez rencontré deux mérous et une famille de corb, il faudra répéter trois fois l'opération.

     

  • Renseigner son observation

                            


     

Le devenir des données reccueillies

Le but des sciences participatives n'est pas de récolter de la donnée scientifique ultra prècise selon des protocoles stricts. Elles permettent par contre de collecter des indicateurs qui seront d'autant plus parlants que le  nombre d'observation sera grand, rendant importantes les possibilités de recoupements. 

- le nombre total de particpants

- le nombre total d'observations 

- le nombre total d'individus rencontrés

- le nombre de sites identifiés qui retiennent certaines catégories de poissons: le biotope, les espèces présentes, les rapports juveniles / adultes, colonies / familles / individus isolés...

Il est évident que certains poissons seront rencontrés plusieurs fois par différentes personnes, mais  en fonction des observations enregistrées sur un même lieu, on pourra toujours se faire une idée sur par exemple, la colonie de corb qui y est présente et  son évolution au cours du temps. 

Les éclairages ainsi construits avec votre contribution, nous permettrons d'améliorer nos connaissances en la matière (effectifs, reproduction, prifondeur d'ahbitat ...) et par conséquent notre action miltante pour la défense de vos intérêts!

 

A vos masques , comptez!

Nous comptons sur vous!!



Gestion des bars/loups : nouvelle réglementation

 

La nouvelle réglementation sur le Bar vient de paraître au Journal Officiel de l’Union Européenne en date du 28 janvier 2016.

 

A compter du 1er janvier et jusqu’au 30 juin, les pêcheurs récréatifs doivent pratiquer le « no-kill ». A compter du 1er juillet et jusqu’au 31 décembre, il est fixé un quota d’un Bar par jour et par pêcheur, à partir de la côte ou en bateau. La nouvelle réglementation est applicable uniquement au-dessus du 48ème parallèle Nord.

RÈGLEMENT (UE) 2016/72 DU CONSEIL du 22 janvier 2016 (article 10 concernant le Bar)



Animations chasse sous marine à saint brieuc



Bar état des lieux

Le cas du Bar agite depuis quelque temps le monde de la pêche loisir et de la pêche professionnelle. Avec l'instauration de mesures drastiques prises pour sauvegarder ce poisson emblématique, l'année 2016 marque un virage sans précédent. Ce dossier retrace l'historique et les enjeux de cette décision  : quelle est la situation des stocks de Bars? Pour quelles raisons des mesures sont prises actuellement et surtout que nous réserve l'avenir ?

Un avenir où l'IFSUA et l'AF3P, qui portent notre voix  auprès de la commission européenne, auront certainement un rôle à jouer.

Situation des stock de bars

La biologie du bar et l’état de ses stocks ont été étonnamment peu étudiés au regard de l’importance considérable de cette espèce, tant pour la pêche amateur que professionnelle.

Sur la façade Atlantique, on distingue usuellement deux stocks nous concernant, un dit « Nord » qui se situerait en manche, mer du nord et le long des cotes de bretagne Nord, et un dit « Sud » qui se situerait dans le golfe de Gascogne. Deux autres sont identifiés sur les eaux irlandaises et espagnoles. Ces délimitations sont critiquables sachant que les bars sont capables de grands déplacements, mais correspondent à une répartition réelle des principales zones de frayères et reflètent des schémas d’exploitations différents. Un vaste programme de recherche (BARGIP) est en cours pour valider la délimitation de ces stocks.

  • Stock Nord :


 

Alors que de nombreux acteurs tirent la sonnette d’alarme depuis des années, les premières études complètes et précises sur l’état de ce stock sont assez récentes.

Elles montrent une situation assez dramatique, avec une baisse brutale de la biomasse d’adultes reproducteurs couplée à une diminution du recrutement (mauvaises reproductions) depuis une dizaine d’années. 

 

 

A noter que l’étude de ce stock se heurte à deux écueils : la mauvaise connaissance des captures amateur, et un suivi du recrutement peu représentatif.
Le CIEM recommande que les captures totales soient inférieures à 541 T en 2016, sachant que les captures 2013 étaient de plus de 4000T !

                                 

Concrètement, une telle baisse n’est possible qu’en diminuant drastiquement toutes les composantes de la pression de pêche : interdire la pêche au chalut pélagique ne suffit pas !

Pour une bonne compréhension, il faut préciser que le CIEM recommande une pression de pêche correspondant à un objectif précis dans un délai fixe : l’atteinte du rendement maximal durable dès que possible. Or la politique commune des pêches permet d’atteindre cet objectif du RMD d’ici 2020.

Il est donc tout à fait possible et légal de pêcher (modérément) plus que le CIEM le recommande, sans mettre en danger le stock, et de n’atteindre cet objectif de gestion que quelques années plus tard.

  • Stock Sud :

 

Alors que les ressentis des pêcheurs sont souvent aussi négatifs que pour la zone Nord, les études scientifiques ne montrent pas de situation aussi dramatique.
Ces études sont beaucoup moins approfondies que pour la zone Nord, et beaucoup redoutent en fait que le manque de données et de suivi ne cache un état du stock problématique.
Le CIEM recommande l’application du principe de précaution et une baisse de 20% des captures.

 

 

 

Historique des décisions :

Alors que de nombreux acteurs (plaisanciers, ligneurs, ONG..) tirent la sonnette d’alarme depuis des années, aucune mesure sérieuse de gestion n’a été prise avant l’an passé pour la zone nord, et toujours aucune mesure n’est prise pour la zone sud.. Pourquoi ?

La politique des pêches est une prérogative européenne. Or le bar est en Europe essentiellement pêché par les français. L’Europe a donc tout simplement considéré qu’il s’agissait d’une problématique française.

Coté administration française, la volonté de maintenir une forme de paix sociale a empêché l’Etat de jouer son rôle de régulateur. C’est une faute lourde de notre administration, donc nous payons le prix aujourd’hui.

Les pêcheurs professionnels via le CNPMEM disposent eux aussi des moyens réglementaires de gérer leur activité, mais en ce qui concerne le bar, ils n’ont tout simplement jamais pris une seule mesure pertinente. Méfions nous des beaux discours, les pêcheurs professionnels mettent en avant leur demande (refusée) auprès de la commission européenne de mise sous quota du bar. Soyons clair, il ne s’agissait que d’une manœuvre pour conserver leurs droits de pêche vis-à-vis des bateaux étrangers (notamment hollandais et belges) et en aucun cas une volonté de se réguler. D’ailleurs non seulement les pêcheurs français n’ont jamais décidé de mesures limitatives de pêche sur le bar dans le stock nord, mais ils n’en proposent toujours pas pour le stock sud…

Mesures d’urgence :

Face à l’absence de réaction des professionnels comme des autorités françaises, et constatant la mauvaise santé du stock, la commission européenne a appliqué en 2015 des mesures dites d’urgence. Cette procédure permet à la commission européenne d’imposer des mesures à condition que l’état du stock soit considéré comme suffisamment grave.

Seule l’étude du stock Nord permet de justifier une mesure d’urgence pour cette zone, ce qui explique que rien n’ai été imposé pour le stock sud.

L’analyse des captures montre qu’en zone Nord, l’augmentation de la pression de pêche est notamment liée au développement de la pêche au chalut pélagique.

        

La pêche amateur est mal évaluée, mais jugée représenter une part substantielle des captures.

       

Décidant de cibler avant tout ces pêches qu’elle juge les plus impactantes, la commission propose une interdiction de la pêche au chalut pélagique de janvier à fin avril, des limitations mensuelles de captures, et pour les amateurs par une limitation à 3 bars par personne et par jour.

Entre temps, la taille légale passe aussi à 42 cm pour les professionnels en zone Nord.

Fin 2015, et face à une analyse du stock encore plus mauvaise, la commission propose à nouveau des mesures d’urgence. Quand bien même les impacts des mesures de 2015 n’ont pas été mesurés, la nouvelle recommandation du CIEM (541T de captures, ce qui doit être supérieur aux seules captures accessoires, c’est à dire involontaires !) est tellement basse que la commission veut aller beaucoup plus loin et impacter lourdement toutes les pêcheries pêchant du bar.

Au final, la pêche sera interdite les 6 premiers mois de l’année pour les chalutiers et senneurs contre deux mois pour les ligneurs et fileyeurs. Des limitations mensuelles de captures sont décidées, assez drastiques pour ne pas inciter les chalutiers ou les bolincheurs à cibler le bar.

Coté plaisanciers, la situation est aussi lourde : No kill les 6 premiers mois de l’année, puis 1 bar par personne et par jour. Le couperet n’est pas passé loin, puisque le No kill annuel a été discuté en réunion, de même que l’interdiction pure et simple de la pêche pendant 6 mois.

Et demain ?

Ces mesures d’urgence ne sont valables que pour l’année 2016, et qu’en zone Nord.

Au-delà, le parlement européen a annoncé sa volonté de mettre en place un plan de gestion du bar.

Il serait en effet sain de sortir de ces mélodrames de fin d’année pour avoir une gestion pertinente à moyen terme !

Quelles mesures seront prises ? Tout reste à débattre, les instances et modalités de décisions diffèrent beaucoup des mesures d’urgence.  En l’absence de plan de gestion pertinent, il apparait probable que la commission impose à nouveau des mesures d’urgence en 2017, via une procédure qui laissera beaucoup moins place aux dialogues et aux échanges que l’élaboration d’un plan de gestion.

On ne peut que supposer que les constats déjà partagés serviront de base pour les discussions, à commencer par le fait que la pêche en période de fraie est la première responsable de l’augmentation de la mortalité par pêche et doit être drastiquement diminuée. Enfin, la situation du stock sud pourra être abordée.

Clairement, la commission a accepté de sauver les ligneurs et les fileyeurs (alors qu’initialement elle proposait pour eux aussi 6 mois de moratoire), mais a sacrifié tous les autres. La bonne image médiatique de ces métiers et la non possibilité de reports sur d’autres espèces a joué en leur faveur.

         

Les débats doivent nous interroger sur notre responsabilité, sur les mesures que nous sommes prêts à accepter ainsi que sur les mesures que nous voulons voir appliquer aux pêcheurs professionnels.

Il apparait utopique d’imaginer que les futures mesures de gestion ne toucheront pas les chasseurs sous marin. Nous devons au plus vite clarifier nos objectifs (interdiction de toute pêche ciblée en période de fraie, protection des bars de moins de 42 cm, pas de limitations trop contraignantes pour les chasseurs) et statuer sur les concessions que nous sommes prêts à accepter pour atteindre des objectifs (quota journalier, mensuel ?).

Enfin, pour faire entendre notre voix au parlement européen (dont l’immense majorité des membres ne sont non seulement pas français mais même pas concernés par la pêche), et dans une moindre mesure auprès de la commission européenne et du conseil des ministres, nous devrons préciser nos positions et peser avec soin nos alliances.

         

 

 


Signalement des nouvelles espèces 



Arrêté du 11 février 2015 précisant les conditions d'exercice de la pêche de loisir réalisant des captures de thon rouge dans le cadre du plan pluriannuel de reconstitution des stocks de thon rouge dans l'Atlantique Est et la Méditerranée pour l'année 2015 

NOR: DEVM1427586A 
Version consolidée au 31 mars 2015 

La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie,
Vu la recommandation n° 14-04 de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (ICCAT) pour amender la recommandation de l'ICCAT visant à l'établissement d'un programme pluriannuel de rétablissement pour le thon rouge de l'Atlantique Est et de la Méditerranée ;
Vu le règlement (CE) n° 1967/2006 du Conseil du 21 décembre 2006 portant mesures de gestion pour l'exploitation durable des ressources halieutiques en Méditerranée ;
Vu le règlement (CE) n° 302/2009 du Conseil du 6 avril 2009 relatif à un plan pluriannuel de gestion des stocks de thon rouge dans l'Atlantique Est et la Méditerranée modifiant le règlement (CE) n° 43/2009 et abrogeant le règlement (CE) n° 1559/2007 ;
Vu le règlement (CE) n° 1224/2009 du Conseil du 20 novembre 2009 instituant un régime communautaire de contrôle afin d'assurer le respect des règles de la politique commune de la pêche ;
Vu le règlement d'exécution (UE) n° 404/2011 de la Commission du 8 avril 2011 portant modalités d'application du règlement (CE) n° 1224/2009 du Conseil instituant un régime communautaire de contrôle afin d'assurer le respect des règles de la politique commune de la pêche ;
Vu le code rural et de la pêche maritime ;
Vu l'arrêté du 7 juin 2004 portant agrément d'associations sportives ;
Vu l'arrêté du 28 janvier 2015 établissant les modalités de répartition du quota de thon rouge (Thunnus thynnus) de l'océan Atlantique à l'est de la longitude 45° O et la Méditerranée accordé à la France pour l'année 2015 ;
Vu la consultation du public qui s'est déroulée du 21 janvier au 11 février 2015,
Arrête :


Définitions.
L'exercice de la pêche de loisir du thon rouge des navires de plaisance et des navires charters de pêche opérant dans les eaux de l'Atlantique Est et de la Méditerranée est soumis à la détention d'une autorisation de pêche.
Au sens du présent arrêté, la pêche de loisir du thon rouge vise :


- la pêche sportive, pêcherie non commerciale dont les pratiquants adhèrent à une organisation sportive nationale ou sont détenteurs d'une licence sportive nationale ;
- la pêche récréative, pêcherie non commerciale dont les pratiquants n'adhèrent pas à une organisation sportive nationale ou ne sont pas détenteurs d'une licence sportive nationale.


Est entendu par « navire charter de pêche » un navire armé au commerce et transportant des passagers à titre onéreux en vue de pratiquer une activité de pêche de loisir.


Champ d'application.
Le présent arrêté s'applique aux navires battant pavillon français et aux navires immatriculés dans l'Union européenne dans la mesure où ces derniers disposent d'une autorisation de pêche au thon rouge délivrée par les autorités de l'Etat du pavillon.
La pêche de loisir du thon rouge est strictement interdite aux navires battant pavillon d'un Etat tiers à l'Union européenne.


Conditions d'autorisation.
Toute personne candidate à l'obtention d'une autorisation pour la pêche de loisir du thon rouge doit formuler une demande intitulée « Demande d'autorisation de pêche de loisir du thon rouge ». Cette demande peut être formulée par envoi de correspondance ou par voie électronique entre le 16 février et le 31 mai 2015.
La demande d'autorisation de pêche de loisir du thon rouge doit être adressée :


- auprès de la direction interrégionale de la mer Méditerranée (DIRM MED) à Marseille pour les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon et Corse ;
- auprès de la direction interrégionale de la mer Sud-Atlantique (DIRM SA) à Bordeaux pour les régions Aquitaine et Poitou-Charentes ;
- auprès de la direction interrégionale de la mer Nord-Atlantique-Manche Ouest (DIRM NAMO) à Nantes pour les régions Bretagne et Pays de la Loire.


Un avis fixe les conditions de dépôt des demandes d'autorisation de pêche de loisir du thon rouge.
L'autorisation est délivrée au couple pêcheur de loisir-navire par les directions interrégionales de la mer concernées.
L'autorisation permettant la pratique du no kill et l'autorisation permettant de réaliser une capture de thon rouge constituent deux types d'autorisations différentes et délivrées de manière autonome.


Conditions générales d'exercice.


1. Pêche en no kill du thon rouge


La pêche de loisir du thon rouge est autorisée dans l'Atlantique Est et la Méditerranée pour la période définie allant du 4 juillet 2015 au 31 octobre 2015, à la condition de relâcher le poisson vivant immédiatement après la capture. Dans ce cadre, la détention du poisson à bord est interdit.


2. Réalisation de captures dans le cadre de programmes de marquage


Par dérogation au premier alinéa du présent article, des autorisations de mise à bord du poisson pourront être délivrées par la direction interrégionale de la mer compétente dans le cadre d'un programme de marquage de thon rouge faisant l'objet d'une convention avec l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER).


3. Réalisation de captures à visée récréative et sportive


Par dérogation au premier alinéa du présent article, la capture, la détention à bord et le débarquement sont autorisés, dans les conditions précisées aux articles 5, 6 et 8, et limités à un thon par personne et par jour :


- sur une première période de pêche allant du 13 juillet 2015 au 30 août 2015 ;
- sur une seconde période de pêche allant du 12 au 25 septembre 2015.


La seconde période de pêche n'est ouverte que sous réserve de la disponibilité du quota après vérification de sa consommation effectuée au terme de la première période de pêche. Un avis de fermeture du quota intervient dès que le quota est réputé épuisé.
Le transbordement de thon rouge est interdit.


4. Réalisation de captures dans le cadre de la pêche sous-marine de loisir


Dans le cadre de la pêche sous-marine de loisir du thon rouge, la capture, la détention à bord et le débarquement de thon rouge sont autorisés, dans les conditions précisées aux articles 5, 6 et 8, et limités à un thon par personne et par jour :


- sur une première période de pêche allant du 13 juillet 2015 au 30 août 2015 ;
- sur une seconde période de pêche allant du 12 au 25 septembre 2015.


La seconde période de pêche n'est ouverte que sous réserve de la disponibilité du quota, après vérification de sa consommation effectuée au terme de la première période de pêche. Un avis de fermeture du quota intervient dès que le quota est réputé épuisé.
Le transbordement de thon rouge est interdit.
La pratique de la pêche sous-marine de loisir du thon rouge nécessite l'obtention d'une autorisation permettant de réaliser une capture de cette espèce.
Toute autre pratique de la pêche sous-marine de loisir du thon rouge est interdite pour toute la période allant du 4 juillet 2015 au 31 octobre 2015.


5. Echange de quotas


Un transfert de quota de thon rouge peut être réalisé entre les fédérations de pêcheurs de loisir mentionnées en annexe du présent arrêté ainsi que les navires non adhérents à l'une de ces fédérations.
Ce transfert doit être préalablement notifié pour approbation au ministre chargé des pêches maritimes par les parties concernées.
Ce transfert est notifié par le ministre chargé des pêches maritimes auprès des services de la Commission européenne et n'est effectif qu'après sa prise en compte par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (ICCAT).


Marquage.
Chaque thon doit être marqué immédiatement après sa capture. Seuls les poissons marqués d'une bague (voir modèle défini en annexe) peuvent être conservés à bord et débarqués. La queue de chaque thon pêché doit être entièrement enserrée par la bague de marquage. La bague utilisée pour cercler la queue du thon pêché ne comporte aucun appendice une fois celle-ci attachée. La bague ne peut faire l'objet d'aucune modification ou altération.
Tout thon rouge débarqué doit être soit entier, soit éviscéré et sans branchie afin de permettre la mesure en longueur fourche. Toute autre présentation est interdite.


Notification.
Les bagues de marquage des captures sont délivrées par la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture entre les fédérations de pêcheurs de loisir et les directions interrégionales de la mer citées en annexe du présent arrêté.
Chaque fédération définie en annexe notifie à la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture avant le 12 juin 2015 :


- la répartition des numéros de bagues par clubs effectuée par elle ;
- le calendrier des concours sportifs organisés et des entraînements.


Toute modification de la répartition initiale est transmise sans délai à la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture.
Les directions interrégionales de la mer notifient à la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture, pour les pêcheurs non adhérents à une fédération de pêcheurs de loisir et avant le début de chaque période de pêche de la campagne, la liste des couples pêcheur de loisir-navire dotés d'une bague de marquage ainsi que les numéros de ces bagues. Toute modification de la liste initiale est transmise sans délai à la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture.


Obligations de déclaration.
Les pêcheurs de loisir de thon rouge sont soumis à obligation de déclaration des débarquements et au renvoi des bagues de marquage à FranceAgriMer dans un délai impératif de quarante-huit heures suivant le débarquement.
Le formulaire « Déclaration d'un débarquement de thon rouge dans le cadre d'une pêche de loisir » doit être adressé par le pêcheur de loisir à FranceAgriMer dans un délai impératif de quarante-huit heures suivant le débarquement. Une copie de cette déclaration est adressée par le pêcheur de loisir à la fédération ou à la direction interrégionale de la mer auprès de laquelle il a obtenu une bague.
Une déclaration doit également être envoyée avant le 12 octobre 2015 par le pêcheur de loisir ayant une bague en sa possession et n'ayant pas réalisé de capture au cours de la campagne.


Suivi des captures.
FranceAgriMer assure un suivi des déclarations de débarquement et transmet ces données, ainsi que le nombre et les numéros de bagues réceptionnées, à la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture qui les transmet au Centre national de surveillance des pêches (CNSP), aux fédérations mentionnées en annexe du présent arrêté ainsi qu'aux directions interrégionales de la mer et aux directions départementales des territoires et de la mer concernées.
Les fédérations citées en annexe du présent arrêté transmettent à la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture les données de capture en leur possession au cours de la campagne. La direction des pêches maritimes et de l'aquaculture transmet en retour les données collectées par FranceAgriMer aux fédérations précitées.
FranceAgriMer, la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture et les fédérations précitées assurent le suivi du nombre de captures réalisées ainsi que de la consommation du quota national au cours de la campagne de pêche.
Ce suivi hebdomadaire pourra être resserré en tant que de besoin pour prévenir le dépassement du quota.


Sanctions.
En cas de manquement aux obligations prévues au présent arrêté par un pêcheur de loisir, l'autorité administrative territorialement compétente peut suspendre ou refuser de délivrer l'autorisation de pêche lors des campagnes de pêche suivantes.


Mise en œuvre.
La directrice des pêches maritimes et de l'aquaculture et les préfets des régions compétents sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  • Annexe 

     

    Article 1er
    Bénéficiaires des bagues de marquage pour la campagne de pêche de loisir au thon rouge 2015

    Les bagues de marquage des captures sont délivrées par la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture aux destinataires suivants :

    - Fédération française des pêcheurs en mer (FFPM) ;
    - Fédération nationale des pêcheurs plaisanciers et sportifs de France (FNPPSF) ;
    - Fédération française d'études et de sports sous-marins (FFESSM) ;
    - Directions interrégionales de la mer concernées (Méditerranée, Sud-Atlantique et Nord-Atlantique-Manche Ouest).

    Article 2
    Répartition des bagues de marquage pour la campagne de pêche de loisir au thon rouge 2015

    La pêche de loisir du thon rouge est autorisée dans l'Atlantique Est et la Méditerranée pour la période allant du 13 juillet au 30 août 2015 puis du 12 au 25 septembre 2015.
    Pour la campagne de pêche 2015, 2 520 bagues de marquage seront attribuées et délivrées selon la répartition suivante :
    1 100 bagues pouvant être retirées auprès de la Fédération française des pêcheurs en mer (FFPM) ;
    1 100 bagues pouvant être retirées auprès de la Fédération nationale des pêcheurs plaisanciers et sportifs de France (FNPPSF) ;
    50 bagues pouvant être retirées auprès de la Fédération française d'études et de sports sous-marins (FFESSM) ;
    200 bagues destinées aux navires professionnels charters de pêche et pouvant être retirées auprès de la Fédération française des pêcheurs en mer (FFPM) ;
    70 bagues destinées aux pêcheurs non adhérents à l'une des fédérations de pêcheurs de loisir précitées qui en font la demande auprès de la direction interrégionale de la mer leur délivrant l'autorisation de pêche par le biais du formulaire Demande d'autorisation de pêche de loisir du thon rouge .
    Les bagues peuvent être retirées auprès de la direction interrégionale de la mer leur délivrant l'autorisation de pêche. En outre, les 70 bagues précitées sont réparties de la manière suivante :
    85 %, soit 58 bagues, pour la direction interrégionale de la mer Méditerranée (DIRM MED) ;
    10 %, soit 8 bagues, pour la direction interrégionale de la mer Sud-Atlantique (DIRM SA) ;
    5 %, soit 4 bagues, pour la direction interrégionale de la mer Nord-Atlantique-Manche Ouest (DIRM NAMO).
    La délivrance des bagues de marquage est alors effectuée dans l'ordre d'arrivée des demandes effectuées par courrier, le cachet de la poste faisant foi, et dans l'ordre des demandes effectuées par voie électronique jusqu'à épuisement du nombre de bagues alloué à cette catégorie.

    Article 3
    Modèle de bague de marquage 2015


    Vous pouvez consulter l'image dans le fac-similé du JO nº 0039 du 15/02/2015, texte nº 5


Fait le 11 février 2015.


Pour la ministre et par délégation :

L'adjoint au sous-directeur des ressources halieutiques,

P. Tribon


FCSMPASSION Le Mag 7 décembre 2015


Interdiction hivernale 2016

L'arrété autorisant la pratique de la peche sous marine dans les mêmes conditions que l'an dernier vient d'être signé.

 

 

Ce régime expérimental autorise donc jusqu'au 31 octobre 2016 la Csm dans le département du 06 le week end et la semaine. A l'exeption du secteur de la prudhommie de cannes où seules 3 zones seront ouvertes en semaine (Cf Arreté) jusqu'au 31 mars.

Nous avons déjà prévu de nous revoir d'ici la fin de l'hiver (pro et Affaires maritimes) afin d'établir la règle qui sera mise en place pour l'hiver 2016/2017, en espérant bien entendu abroger définitvement l'interdiction hivernale pour l'ensemble du département.

Pour aller plus loin: compte rendu de la dernière rencontre avec les affaires maritimes et les professionels


Adhésion 2016

 

Rejoignez-nous !

Simple pratiquant ou représentant d'une personne morale (club ou association), montrez votre attachement à une pêche sous-marine responsable et respectueuse de l'environnement : rejoignez-nous !

 

 

Signataire de la charte d'engagements pour une pêche loisir éco-responsable, la FCSMP  représente et défend la pêche sous-marine et ses pratiquants au niveau des instances nationales (Ministères, Délégations…) locales (Préfectures, AMP, ...).  Face à une conjoncture de plus en plus contraignante, nous devons ancrer notre influence et étendre la portée de notre action à l'échelle européenne, assurer aussi une présence active au sein de structures fédératives de pêche et de plaisance: Alliance Française pour la Promotion de la Pêche Plaisance (AF3P), Confédération du Nautisme et de la Plaisance (CNP), International Forum for Sustanaible Underwater (IFSUA). 

Ces orientations nouvelles sont incontournables pour défendre efficacement notre pratique.  Elles ont un coût que nous ne pouvons plus garantir avec les tarifs d'adhésion que nous proposions jusqu'à ce jour.

 

Après réflexion, l’AG et notre bureau a décidé d'augmenter notre tarif de seulement 5 euros pour le porter à 20€. La moitié pour nos dépenses à vocation militante (Avocats, recours, communication, partenariats…) l’autre moitié pour les frais administratifs et d'assurance RC. Notre travail reste bénévole. Nous espérons que vous comprendrez et soutiendrez cette décision.

 

En nous apportant votre soutien, votre voix comptera dans les négociations à venir

Vous recevrez votre nouvelle carte plastifiée attestant que vous êtes assuré en responsabilité civile pour pratiquer votre activité favorite. Vous avez également la possibilité de souscrire à des garanties complémentaires.

 

Comment adhérer ? C'est simple, il vous suffit de suivre ce lien

Si vous éprouvez des difficultés dans le processus de paiement en ligne, vous pouvez :

- consulter la procédure détaillant toutes les étapes à suivre : Comment adhérer à la FCSMP ?

- nous contacter par mail, sur notre forum ou notre page facebook.